XXème siècle

Une commune en pleine mutation

Après 1918, la paix retrouvée, Orbey panse ses plaies et reprend sa tâche de modernisation. N’oublions pas que dans les années de l’entre-deux guerres, Orbey comptait plusieurs usines textiles et des dizaines de commerces et d’artisans. L’électricité alimente progressivement tous les lieux-dits. Une nouvelle mairie est construite. Les membres du Cercle Catholique construisent de leur main une superbe salle, qui abrite actuellement le cinéma.
Le Lac Noir est doté d’une centrale hydroélectrique ; mais en janvier 1934, une rupture de la conduite forcée inonde la centrale. Neuf victimes sont à déplorer, mais la vallée échappe à la catastrophe. Après réparation, l’usine entrera en fonction jusqu’à nos jours.
Les voitures et camions s’aventurent un peu partout. Les familles se pressent autour de la TSF, de la radio. La modernisation de l’agriculture est lente cependant, faute de ressources. Les bœufs restent plus nombreux que les chevaux.

Après 1945, les mutations s’accélèrent. L’agriculture se motorise, les exploitations s’agrandissent mais le nombre de fermiers diminue fortement. Le textile ferme en 1959. Heureusement la Mécanoplastique prend le relais. Actuellement l’usine Mark IV continue cette fabrication de pièces plastiques, un grand succès de notre vallée. Les artisans se raréfient, comme les commerçants et les aubergistes. Le tourisme d’été et d’hiver bénéficie du développement des syndicats d’initiative devenus Office de Tourisme.
La commune s’étoffe de nombreuses constructions. Une part croissante des habitants migre journellement vers Kaysersberg et Colmar pour travailler. L’automobile devient un outil indispensable de la vie quotidienne.

Le centre ville se rénove et surtout, en 1998, l’usine Orbey Plastiques (puis Mark IV et actuellement Sogefi) quitte le centre et s’installe sur une plate-forme construite au bas de l’agglomération. Un grand projet d’urbanisme prend corps : transfert de l’école dans l’ancienne usine, construction d’une nouvelle école maternelle et d’une salle des fêtes, réaménagement paysager de tout le secteur, rénovation de l’immeuble de la Bibliothèque)
Orbey a connu le développement et a su s’adapter, gardant ainsi un fort dynamisme et toute sa personnalité si originale et si attachante.